Le président de la Commission fédérale des communications a déclaré jeudi dans un communiqué qu’il prévoyait de «procéder à une réglementation pour clarifier». 

«Les entreprises de médias sociaux ont le droit du premier amendement à la liberté d’expression», a écrit Pai. « Mais ils n’ont pas le droit du premier amendement à une immunité spéciale refusée à d’autres médias, tels que les journaux et les diffuseurs. » 

J’ai l’intention d’aller de l’avant avec une réglementation @FCC pour clarifier la signification de # Section230.Lisez ma déclaration complète ci-dessous.

– Ajit Pai (@AjitPaiFCC) 15 octobre 2020

La dernière déclaration de Pai intervient alors que le président Trump et d’autres républicains ont lancé de nouveaux appels à la révocation de l’article 230 après que Twitter et Facebook aient décidé d’arrêter une New York Post histoire qui prétendait incriminer Joe Biden. L’article 230, considéré par beaucoup comme la loi la plus importante d’Internet, est une disposition de la loi sur la décence en matière de communication, qui protège les entreprises de médias sociaux contre la responsabilité légale de ce que leurs utilisateurs disent et font sur leurs plates-formes. 

Mais il est également devenu une cible fréquente des républicains et des démocrates qui soutiennent que la loi donne trop de protections aux entreprises de médias sociaux. Dans sa déclaration, Pai a déclaré que «les trois branches du gouvernement ont exprimé de sérieuses préoccupations» au sujet de la loi et que «la FCC a l’autorité légale d’interpréter l’article 230».

On ne sait pas immédiatement quels aspects de la loi Pai entend «clarifier», ni comment de telles actions pourraient avoir un impact sur les entreprises de médias sociaux comme Facebook et Twitter. Trump avait précédemment ciblé l’article 230 avec un décret plus tôt cette année. Le ministère de la Justice a également émis une série de recommandations sur la manière de réformer la loi. Mais rien de tout cela n’a jusqu’à présent abouti à modifier la loi, qui revient en fin de compte au Congrès.

Lire aussi  Examen de Microsoft Surface Duo: une affaire passionnante et erratique