Daimler et Volvo estiment tous deux que les piles à hydrogène ont une place aux côtés de l’énergie électrique pure, et ils s’associent pour que cela se produise. Ils forment une coentreprise pour développer et vendre des systèmes de piles à combustible. L’accent est mis sur les camions lourds (comme le concept GenH2 de Mercedes illustré ci-dessus), mais les deux notent que leur technologie devrait être «parfaitement adaptée» à des tâches telles que les générateurs électriques stationnaires – imaginez une alternative plus propre aux générateurs diesel qui maintiennent les centres de données opérationnel.

Les deux créent un système avec plusieurs étages de puissance, notamment un système double qui fournit 300 kW de puissance non-stop pour les camions long-courriers. Ils soulignent qu’ils resteront concurrents ailleurs, y compris l’intégration réelle des piles à combustible dans leurs propres véhicules.

Vous attendez un moment avant de voir des camions utiliser ces cellules sur les routes, les chantiers de construction et les carrières. Daimler et Volvo prévoient de commencer les premiers essais de camions utilisant les piles à combustible dans «environ trois ans», et ne commenceront la production à plein régime que dans la seconde moitié de la décennie. La coentreprise elle-même ne devrait pas se finaliser avant le premier semestre 2021.

L’alliance est, en un sens, une reconnaissance de la place de l’hydrogène dans un avenir sans émissions. Les véhicules électriques domineront de plus en plus les gammes de voitures particulières de marques comme Mercedes-Benz et Volvo. Les piles à combustible, quant à elles, semblent de plus en plus adaptées aux camions et à d’autres utilisations où la longévité et les délais d’exécution rapides sont plus importants.

Lire aussi  L'ANC adaptatif de Qualcomm s'adapte aux changements d'ajustement des écouteurs