Des chercheurs du Wyss Institute de Harvard et de Sony ont créé un robot chirurgical beaucoup plus petit que de nombreux autres appareils de ce type. Ils se sont inspirés de l’origami pour construire le mini-RCM, qui a environ la taille d’une balle de tennis et pèse à peu près la même chose qu’un sou.

Le professeur associé de Wyss, Robert Wood, et l’ingénieur de Sony Hiroyuki Suzuki ont construit le mini-RCM en utilisant une technique de fabrication développée dans le laboratoire de Wood. Les matériaux sont superposés puis coupés au laser de manière à leur permettre de former une forme 3D – un peu comme un livre pop-up pour enfants. Trois actionneurs linéaires contrôlent les mouvements du mini-RCM dans plusieurs directions.

Lors d’un test de traçage microscopique, les chercheurs ont découvert que le mini-RCM était 68% plus précis qu’un outil commandé à la main. Le robot a également réalisé avec succès une version simulée d’une procédure précise dans laquelle un chirurgien insère une aiguille dans un œil pour «injecter des produits thérapeutiques dans les minuscules veines à l’arrière du globe oculaire». Le mini-RCM a pu percer un tube en silicone qui répliquait la veine rétinienne (qui est environ deux fois plus épaisse qu’un cheveu) sans causer de dommages.

Il faudra probablement un certain temps avant que le mini-RCM ne soit vraiment prêt pour les blocs opératoires. En raison de sa taille et de son poids, il serait plus facile à installer que de nombreux autres robots chirurgicaux, dont certains occupent une pièce entière. Les chercheurs suggèrent qu’il serait plus facile de le retirer d’un patient s’il y avait des complications pendant une procédure.

Lire aussi  Beyond Meat lance la vente directe de ses galettes et saucisses végétales