Les travaux de construction d’un nouvel accélérateur de particules ont commencé au laboratoire national de Brookhaven du Département de l’énergie à Upton, à Long Island. La nouvelle installation constituera l’épine dorsale du projet Electron-Ion Collider, une initiative visant à découvrir les secrets des électrons. Divers responsables de New York et du ministère de l’Énergie ont commémoré la nouvelle, y compris le sénateur Chuck Schumer.

Le projet Electron-Ion Collider tentera de briser les électrons et les protons ensemble afin de produire des images montrant leur structure interne. Les responsables de la BNL le décrivent comme un «scanner pour les atomes», pour mieux comprendre les éléments constitutifs de ces phénomènes: les gluons et les quarks. Plus précisément, que la force qui lie un noyau atomique et les électrons qui l’entourent, qui est considérée comme l’une des plus fortes de la nature.

Le financement du projet proviendra principalement du DOE, qui prévoit de remettre jusqu’à 2,6 milliards de dollars, l’État de New York ajoutant 100 millions de dollars supplémentaires. Cela paiera pour qu’un anneau de 2,4 miles de long soit construit parallèlement au collisionneur déjà en place à Brookhaven. On espère que l’investissement sera rentable si les chercheurs peuvent comprendre la nature de la manière dont les gluons lient ces structures entre elles. 

Département de l’énergie / Laboratoire national de Brookhaven

Pour toute l’attention que reçoit le Grand collisionneur de hadrons du CERN, vous serez peut-être pardonné de ne pas savoir que Brookhaven héberge déjà l’un des siens. Le collisionneur d’ions lourds relativiste est conçu pour tirer des ions lourds les uns sur les autres dans l’espoir de provoquer une collision qui peut être étudiée. Selon un rapport, le RHIC sera retiré en 2025 pour faire place à son remplacement, qui devrait commencer ses opérations vers 2031.

Lire aussi  Le nouveau système d'analyse comparative de Facebook demande aux humains d'interroger les IA