Si vous n’aimez pas particulièrement les gros bosses de l’appareil photo sur le Galaxy S20, son suivi pourrait ne pas vous faire changer d’avis. OnLeaks et Pigtou (grâce à Xleaks7) ont partagé ce qu’ils disent être des rendus basés sur des fuites du Galaxy S21 ou Galaxy S30 de Samsung, et les modules de caméra seraient pratiquement incontournables sur les téléphones à venir. Même la version standard aurait une bosse à trois caméras qui semble se répandre sur le bord, avec le flash déplacé sur le côté pour garder son aspect propre.

Sans surprise, OnLeaks a en outre affirmé que la variante Ultra aurait un tableau encore plus grand qui s’étendrait jusqu’au bord du téléphone, contrairement au design soudainement compact du S20 Ultra.

Les profils externes ne fournissent pas trop d’indices sur ce que le Galaxy S21 (ou S30) impliquerait, bien qu’il y ait quelques indices selon lesquels ce serait une conception relativement sûre au-delà des bosses. Le modèle standard aurait un écran à peu près plat de 6,2 pouces avec la caméra selfie perforée familière, tandis que l’Ultra aurait un écran légèrement incurvé entre 6,7 et 6,9 pouces. L’Ultra conserverait toujours sa caméra arrière à zoom long, même si on ne sait pas vraiment ce qui changerait.

Juste au moment où vous voyez la nouvelle gamme Galaxy, c’est une autre histoire. En synchronisation avec une version antérieure SamMobile fuite, OnLeaks a suggéré que Samsung lancerait les nouveaux téléphones en janvier, plutôt qu’en février ou mars habituels. Que cela se produise ou non n’est pas certain. Bien qu’il puisse être plus facile d’organiser un événement au début de janvier étant donné le manque de réunions en personne, Samsung présente rarement les principaux téléphones au début de l’année ces derniers temps – les introductions de 2020 étaient des versions Lite du S10 et de la Note 10. Bien que nous ne le ferions pas N’excluez pas un lancement complet, ne soyez pas surpris si toute mention du S21 / S30 en janvier se limite à un bref teaser.

Lire aussi  La campagne Biden dit que Facebook ne parvient pas à lutter contre les mensonges électoraux