SpaceX pourrait bientôt commencer à offrir le service Internet par satellite de Starlink aux Canadiens. Les régulateurs du pays – le département Innovation, Science et Développement économique en particulier – ont accédé à la demande d’approbation réglementaire de la société, lui permettant d’offrir un accès bêta au réseau Internet haut débit fourni par la constellation de satellites Starlink.

.@SpaceX se joint à l’effort pour aider les Canadiens à se connecter à Internet haute vitesse! L’approbation réglementaire de la constellation de satellites en orbite terrestre basse @SpaceXStarlink a été accordée!

– ISDE (@ISED_CA) 6 novembre 2020

Les essais bêta du service ont commencé il y a quelques jours seulement après que SpaceX a envoyé des e-mails aux personnes qui se sont déjà inscrites pour recevoir plus d’informations à ce sujet. Aux États-Unis, le service coûte aux utilisateurs 99 $ par mois, sans compter le coût initial de 499 $ pour le kit matériel nécessaire pour accéder au réseau. SpaceX a appelé le programme bêta «Better Than Nothing Beta» pour réduire les attentes des gens. Il a expliqué dans l’e-mail que le service souffrirait de performances incohérentes et de brèves périodes sans connectivité au début. Les premiers testeurs ont cependant partagé des résultats principalement positifs, certains rapportant des vitesses de téléchargement supérieures à 100 Mbps.

SpaceX a toujours eu l’intention d’inclure les régions les plus rurales du Canada dans la première liste d’endroits où il prévoit offrir un accès bêta. Cependant, il ne pourrait atteindre qu’un nombre limité d’emplacements pour le moment, car il a encore besoin d’une approbation pour ses stations au sol dans le pays. Selon SpaceQ, cela signifie que le programme bêta sera initialement disponible dans les zones également couvertes par les stations terrestres américaines. Elon Musk a déclaré à la publication que la société s’efforçait de rendre Starlink plus largement disponible jusqu’à ce qu’il atteigne une couverture mondiale complète d’ici la fin de l’année prochaine.

Lire aussi  Google dit qu'il a compensé toutes les émissions qu'il a jamais générées