T-Mobile paie le prix des méfaits signalés de sa récente acquisition. Le transporteur a accepté de payer un règlement de 200 millions de dollars suite aux allégations de la FCC Sprint a abusé du programme Lifeline pour les communications à faible revenu, réclamant des subventions pour 885 000 clients qui n’utilisaient pas l’initiative.

L’accord exige également que T-Mobile respecte les règles d’un décret de consentement.Le fournisseur doit réformer les procédures et la formation de l’entreprise pour s’assurer qu’il ne fait que des réclamations légitimes Lifeline. Un cadre supérieur doit s’assurer que T-Mobile respecte la commande et l’entreprise doit soumettre des rapports périodiques pendant trois ans après le début du décret.

Un porte-parole de T-Mobile a fait la déclaration suivante: «Bien que nous ayons hérité de ce problème avec notre fusion, nous sommes heureux qu’il soit maintenant résolu. Nous sommes impatients de continuer à fournir une connectivité réseau fiable et abordable aux consommateurs de tout le pays qui en dépendent.

Sprint a précédemment nié tout abus délibéré. Il a soutenu avoir commis une «erreur» en 2017 lors de la mise en œuvre des modifications liées à la FCC. La société a déclaré qu’elle enquêtait activement sur les problèmes et les avait soulevés auprès de la FCC, et qu’elle s’était «engagée» à indemniser les gouvernements fédéral et des États.

Le règlement est finalement petit et n’affectera pas de manière significative l’avenir de T-Mobile. Cela pourrait toutefois servir d’avertissement aux transporteurs, ne serait-ce que pour s’assurer qu’ils vérifient à nouveau qu’ils font des réclamations pour les clients qui demandent réellement de l’aide.

Mise à jour, 13 h 30 HE: déclaration ajoutée de T-Mobile.

Lire aussi  Les nouveaux cardans Ronin de DJI passent en mode portrait en un seul clic